Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 17:24

La place Georges Hermann

En vous promenant dans la cité, à l'entrée du faubourg Saint Bernard, vous trouverez une petite place, avec un vieux bassin, appelée Place Georges Hermann
.



Qui était Georges Hermann?

Les jeunes Rochois peuvent se demander qu'elle était cet illustre personnage .
 

Georges Hermann était un artiste peintre Rochois qui arpentait la ville et ses environs, pour coucher sur la toile tous les paysages qui à ses yeux étaient remarquables.

Il naquit en 1878 à Vilnius, alors capitale d'une province polonaise sous domination russe, d'un père lituanien et d'une mère originaire d'Arenthon née Josephte Desbornes.

Celle-ci avait quitté la Savoie pour devenir gouvernante des enfants d'une famille aristocratique, dans un château des environs de la capitale lituanienne.
(La vieille ville de Vinius est inscrite depuis 1994 sur la liste du patrimoine de l'humanité,et désigné comme la capitale de la culture pour 2009 )

Georges fut élevé en Lituanie, puis quand sa mère fut devenue veuve, il revint avec elle à La Roche-sur-Foron en 1886 ,il avait douze ans.

Il avait appris à lire et à écrire à l'étranger et parlait trois langues, le Polonais, le Russe et le Français.


Pour subvenir à ses besoins et à ceux de son fils, inscrit comme élève au collège Sainte-Marie, alors petit séminaire ,la jeune femme ouvrit un commerce d'épicerie et vaisselle faubourg Saint-Martin, presque en face de l'ancienne boulangerie de son grand-père.

Georges poursuit ses études au collège , et ayant des disposition pour le dessin il rejoint l'école des Beaux-arts de Genève.
 

Il y suivra un brillant cursus couronné par un premier prix de peinture. Il s'établit immédiatement comme artiste peintre professionnel à La Roche-sur-Foron, dans l'appartement qu'il occupe avec sa mère au premier étage du faubourg.

En 1914, ayant participé à la guerre des Dardanelles, il est blessé au poumon, et hospitalisé à Bizerte, puiis rapatrié à Grenoble.
De retour à La Roche, il reprend ses activités et se marie en 1922. Après son mariage, il s'installe au deuxième étage de la maison Brasier( bijoutier), face à la Grenette, superbe maison médiévale, aujourd'hui détruite, où naît le 26 juin 1923 son fils unique prénommé lui aussi Georges.


La famille s'établit ensuite dans une petite maison jouxtant la propriété de l'horticulteur Jomain (aujourd'hui  Desbiolles)
 

Portraitiste, il peint de nombreux Rochois, capucins, religieux, amis.

Il se rend régulièrement dans la campagne pour peindre la nature telle qu'elle est ,se déplaçant soit à pied, soit à vélo.


 Georges Hermann
un portrait qui respire la gentillesse
A La Roche tout le monde connaît Hermann, que l'on voit régulièrement au détour d'un chemin ou d'un sous-bois, assis sur un pliant, devant son chevalet, en train de croquer ou de peindre de pittoresques maisons ou un village, vêtu de sa blouse de peintre, lavallière de soie noire nouée sous le cou, coiffé d'un  grand béret . .


Il conservera toute sa vie l'allure élégante et distinguée d'un rapin et a laissé des souvenirs vifs parmi tous ceux, très nombreux, qui l'ont approché et qui ont pu apprécier sa modestie, son humour, son incomparable gentillesse.
 

Il venait souvent dans le vieux quartier du Plain Château poser son chevalet pour croquer, entouré de beaucoup de curieux, le château de Saix ,les rues et les portes de la cité médiévale .
 

Georges Hermann nous a laissé des vues d'Arenthon, Amancy, Reignier, Contamine, Bonneville, Saint-Sixt, Saint-Pierre et Saint-Laurent, Eteaux, des montagnes du Môle, d'Andey, Sous-Dine, Cou, de la vallée du Borne : témoignages précieux sur la beauté des promenades favorites des habitants de La Roche . "


Georges Hermann a peint aussi le Chablais, où il séjournait souvent auprès de son ami curé à Yvoire, les villages d'Yvoire et Nerniers, le site des Allinges, le châtaignier de saint François de Sales, et la région d'Annecy où il acheva sa vie. Pour les églises et les chapelles, il a réalisé nombre de peintures :
 

A la mort de son épouse, Georges Hermann quitta La Roche pour s'établir chez son fils et sa belle-fille Georges et Marie-Thérèse Hermann, à Annecy. Il y mourut en 1965..
Enterré à La Roche-sur-Foron auprès de son fils,, Georges Hermann reste dans les cœurs comme une belle figure humaine, un peintre sensible, un homme qui n'a jamais recherché la gloire, mais seulement à vivre avec générosité et pour son art.


C'est pour cela qu'une place porte son nom, faubourg Saint-Bernard, rappelant combien ce peintre né en Lituanie avait passionnément aimé sa ville de La Roche.


Son fils Georges ,ingénieur chimiste avait fait une grande partie de sa première scolarité à l'école publique du Plain château à La Roche
.

Tous ceux qui l'ont connu se rappelleront qu'il était un excellent camarades, ayant hérité de la gentillesse de son père.
Une anecdote qui aurait pu se terminer tragiquement:

Tout jeune il était déjà passionné de chimie. Il voulut confectionner une espèce de fusée de son invention..Malheureusement en bourrant le cylindre avec de la poudre noire le mélange explosa, le blessant gravement à une main

Un de ses enfants est un artisan potier établi à Evires ou on peut visiter un admirable musée de la poterie

.
Published by Un Sage
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 18:31
                                             Saint Pierre- en- Faucigny

                                   Achat de la pisciculture de Toisinges.(hameau de Saint Pierre)

A l'unanimité le Syndicat mixte d'aménagement de l'Arve (SM3A) a décidé dernièrement d'acquérir le site de la pisciculture de Saint-Pierre-en Faucigny situé au hameau de Toisinges, qui était mis en vente, pour 920.000 €
Cette propriété de 20 hectares comprend un très grand espace boisée, de la prairie, deux petits lacs bien fournis en truites d'élevage ,un bâtiment à usage de bar-restaurant "L'auberge du Mont Blanc", un ruisseau traversant et les installations pour le grossissement des alevins.
C'est un lieu idéal, (un peu difficile d'accès) pour la promenade et le repos, qui rejoint par un petit sentier les lacs d'Arenthon, anciennement propriété Biousse et actuellement appartenant depuis peu à la dite commune.
Cette propriété appartenait au départ a M.Lachenal propriétaire des fonderies du même nom à Annemasse et Douvaine.
Après bien des tribulations, différents changements de gérants et propriétaires ,fermeture du restaurant etc,,, fermetures temporaires du site ,celui-ci depuis quelques années avaient repris une certaine activité,mais était un peu délaissé.
Un grand nombre de personnes fréquentent ce lieu idyllique pendant l'été, profitant des ombrages ,pêchant des truites dans l'un des petits lacs ou s'exerçant "à la mouche dans l'autre.
Entrée et pêche payantes, sauf accès au bar restaurant.
La pub de ce site:
Pisciculture - Auberge du Mont-Blanc, Venez découvrir, dans un parc de 20 hectares, la pêche loisir, la pêche sportive à la mouche, le sentier botanique, la vie aquatique, les animaux, les activités pédagogiques.
- Pêche en famille sur le petit lac pêcherie, sans permis, toute l'année
- Le réservoir, un lac de 7 hectares exclusivement réservé à la pêche à la mouche d'octobre à juin
- De juin à septembre toutes pêches sur deux plans d'eau
-Organisation de concours pour associations et comités d'entreprises.
-Possibilité de restauration et buvette sur place
-Ouvert toute l'année de 8H30 à la nuit (sauf le jeudi).
-300, chemin des Prés Moulin
-Toisinges - St-Pierre-en-Faucigny
-Tél. : 04.50.97.42.72
 
 Le logo de la pisciculture
.

 Pourquoi l'acquisition de cette magnifique propriété par le SM3A,financé par celui-ci, avec une subvention de l'Agence de l'eau ,sans faire de nouvel emprunt et sans augmenter les participations des communes ?
Une belle opportunité d'après son président Martial Sadier ,député maire de Bonneville .
Dans le cadre de l'aménagement d'un acheminement de Chamonix à Genève, le long des rives de l'Arve SM3A a engagé il y a quelques mois des travaux de construction d'une passerelle traversant l'Arve entre Saint-Pierre et Bonneville, et il se trouve que cette propriété est quasiment au pied de cette passerelle à Toisinges.
Le SM3A pourra prendre possession des lieux le 1er octobre 2009.
Ce site sera transformé en "éco-pôle ".ce qui laisse le temps aux membres du syndicat pour réfléchir au mode de gestion de la structure à venir et au projet en lui-même.
Connaissant le dynamisme de son président, Martial Sadier, député maire de Bonneville, étant donné caractère de ce site on peut être assuré qu'il prendra une toute autre envergure, et présentera un grand attrait touristique pour la région

 

 

Published by Un Sage
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 10:48

Bonne année 2009

Pour cette nouvelle année
Que faut-il vous souhaiter.
Toujours les mêmes banalités
Bonheur, prospérité santé.
Merci à ceux qui ont le courage
De se connecter sur le blog d'un sage
Je les aime de tout mon cœur
Ils me font un grand honneur.
Pardon à ceux que j'ai pu égratigner
A ceux que mes propos ont pu vexer
Qu'ils en soient assurés
C'est vraiment sans méchanceté
L'humour a toujours une pointe de cruauté
Je les aime tous aussi en toute sincérité
A tous les Rochois même aux esprits chagrins
Qui pensent que mes propos sont ceux d'un crétin
Sans aucune animosité et rancune
Je leur souhaite aussi bonne fortune
Sur cette triste et maudite terre,
Les sauvageries et les misères
Si on se tendait tous la main
N'auraient peut-être pas de lendemain.

 

 

Tendons nous la main

Published by Un Sage
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 15:32

Inquiétudes au Gepro

Après des années 2007-2008 difficiles le Gepro (Groupement économique du Pays Rochois ) souhaiterait bien se relancer.

Lors de son assemblée générale le 30 juin ,dans la salle du cinéma "Le Parc", au grand regret des membres  l'assistance était plus que clairsemée, au grand dam du président Jean-Pierre Recour.

Si les commerçants et artisans désertent ce genre de réunions, c'est peut-être qu'ils ne croient plus à ce genre d'association pour assurer leur avenir .

Les adhérents sont moins de 70,les non adhérents au moins autant.

Laurent Paternault, adjoint au développement économique assistait à cette réunion en tenant des propos destinés à rassurer les plus pessimistes.

Dans la conjoncture économique actuelle difficile, les petits commerçants de plus en plus concurrencés par les grandes surfaces aurait un grand intérêt à se regrouper pour être plus forts.

Ce regroupement serait-il suffisant?

On peut en douter quant on constate que le canton de la Roche  est un des mieux  dotés de grandes et moyennes surfaces: du département par rapport au nombre d'habitants: Casino,Netto,Lidl,Carrefour,intermarché,Vêtimarché,Bricomarché,Mr.Bricolage,VillaVerde, Gedimat ,Chaussures, Gamm vert, Agri Sud-Est ,Sport 2000,Intersports ,jouets Sajou etc ..
non seulement concurencent les petis commerçants mais se livrent aussi  entre eux   une concurrence acharnée.

.Le Gepro propose une petite pause dans le programme de la ZAC intercommunale prévue au lieudit "Le Quarre".

Cette pause ne serait pas difficile à obtenir ,étant donné que les terrains se trouvent tous sur la commune d'Amancy ,le maire de celle-ci Monnet, "débarqué" de la présidence de la Communauté, ne serait plus très chaud pour cette opération, agrandissant sa propre zone commerciale au Nord de la déviation.

Vouloir éviter l'évasion de la clientèle ,vers les pôles d'Annecy et Annemasse, voir Genève, semble bien également du domaine de l'utopie!!

Le 27 octobre une nouvelle réunion des commerçants a été organisée avec la municipalité, toujours à la salle du Parc pour une réflexion commune sur la redynamisation du centre ville.

Seule une petite quarantaine d'entre eux avaient répondu favorablement à cette invitation.!! (Encore moins qu'à  la première réunion!!).

Peut-être la preuve que ça ne marche pas si mal que l'on veut le faire croire !!

Il est ressorti trois axes sur lesquels la municipalité devrait coopérer et travailler:

1-Redéfinir le stationnement en centre ville.

2-Valoriser le confort piétons des zones commerçantes (Perrine, Silence, Carnot)

3-Revoir la signalétique du centre ville(parkings, commerces par rues etc..)via des panneaux traditionnels ou des totems.

 

Ces mesure seront-elles suffisantes .On peut en douter !!

La conclusion qui en suivit ,était que "tout ne peut pas venir du haut, de la municipalité, que personne n'est maître d'une clientèle, et que les commerçants doivent prendre eux-mêmes en mains leur destin".

J-P Recour (Gepro) et F.Mulette(Amis de la rue Perrine) arrivent aux mêmes conclusions:

"chacun doit faire les efforts nécessaires pour valoriser son commerce, améliorer sa lisibilité, ne pas être critique si on ne fait pas soi-même l'essentiel pour faire fonctionner son outil de travail de manière optimale"

Autrement dit :On en revient toujours au même proverbe "Aide-toi le ciel t'aidera" !!

 

.

 

 

Published by Un Sage
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 10:48

Le bonhomme de neige
 

Dans la nuit de l'hiver
galope un grand homme blanc
c'est un bonhomme de neige
avec une pipe en bois
un grand bonhomme de neige
poursuivi par le froid
il arrive au village
voyant de la lumière
le voilà rassuré.
Dans une petite maison
il entre sans frapper
et pour se réchauffer
s'assoit sur le poêle rouge,
et d'un coup disparaît
ne laissant que sa pipe
au milieu d'une flaque d'eau
ne laissant que sa pipe
et puis son vieux chapeau.
Jacques Prévert

 


Published by Un Sage
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 11:13

La Roche a revêtu son manteau blanc 

 Paysage de neige autrefois à La Roche.
Le pont du chemin de fer ,à l'extrémité de la Vi du Corbeau vers Broÿs
 

                                               La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
                                               Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
                                               Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
                                               Quelque chien sans abri qui hurle au coin d'un bois.

                                              Plus de chansons dans l'air, sous nos pieds plus de chaumes.
                                              L'hiver s'est abattu sur toute floraison ;
                                              Des arbres dépouillés dressent à l'horizon
                                              Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

                                              La lune est large et pâle et semble se hâter.
                                              On dirait qu'elle a froid dans le grand ciel austère.
                                              De son morne regard elle parcourt la terre,
                                              Et, voyant tout désert, s'empresse à nous quitter.

                                              Et froids tombent sur nous les rayons qu'elle darde,
                                              Fantastiques lueurs qu'elle s'en va semant;
                                              Et la neige s'éclaire au loin sinistrement,
                                              Aux étranges reflets de la clarté blafarde
                                             
Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !
                                              Un vent glacé frissonne et court par les allées ;
                                              Eux, n'ayant plus l'asile ombragé des berceaux,
                                              Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

                                              Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
                                              Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;
                                              De leur oeil inquiet ils regardent la neige,
                                              Attendant jusqu'au jour la nuit qui ne vient pas.


                                                                     Guy de Maupassant (1850-1893)

                                                                    
Published by Un Sage
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 09:31

La démocratie participative
Une réunion a eu lieu à La Roche ,dans les locaux de Rochexpo, initiée par le Conseil Régional, sur le thème de la "Démocratie participative".

Cette réunion était animée par François Auguste (vice président délégué à la démocratie participative), Didier Jouve, et Bernard soulage, conseillers régionaux.

C'est une rencontre qui devrait permettre aux Rhônalpins de s'exprimer sur les enjeux de la région à l'horizon 2021,de participer à l'élaboration de la politique et sa mise en œuvre.

Peu de personnes, une centaine environ avait répondu à cette invitation, ce qui est bien peu pour la région.

La démocratie participative permettrait ainsi aux élus de mieux cerner les réalités du terrain et de les prendre en considération.

Mythe ou réalité cette concertation!!!

Monsieur Ronchon à déjà eu l'occasion de s'exprimer à ce sujet, constatant que l'avis du citoyen lamda comptait bien peu pour les élus de tous bords qui s'en fichent éperdument.

"Fais ce que je te dis ne fais pas ce que je fais" ,tel est l'adage des élus ,ce qui explique probablement le désintéressement des citoyens pour ce genre de réunions.

Il est déjà difficile de mettre tout le monde d'accord sur un plan municipal ou départemental, sur un plan régional c'est certainement encore pire.

Un fidèle lecteur de ce blog ,nous a fait parvenir un extrait d'une profession de foi d'un candidat aux élections municipales datant du 7 décembre 2000.

"Le temps de l'opacité et du secret de l'élaboration des décisions qui prévaut actuellement nous semble dépassé et inacceptable. Nous serons attentifs à installer des modes de fonctionnements et de gestion des affaires publiques plus rigoureux et plus transparents. Nous voulons développer et stimuler des structures génératrice de responsabilité individuelle et d'initiative citoyenne dans notre population. Tous nos dossiers seront ouverts à l'examen et à la discussion.

Ainsi dans le domaine des professions libérales qui est le vôtre ,la richesse des savoirs et des expériences pourrait profiter bien davantage à la collectivité: conférences, formations ou informations du public, conseils, participation aux projets communaux....et à tout autre sujet qui vous semblerait avoir un intérêt public. Vous serez bien entendu consulté avant toute décision concernant un aspect de votre profession, l'articulation de votre activité libérale avec les projets municipaux."(sic)

Ce fidèle lecteur ajoute:


 Lui,il pisse  froid 
"Ce candidat a été élu ,mais je n'ai pas vu venir personnellement une once de ces belles promesses électorales municipales ,"belles promesses de capitaines". Alors celles de la région ?

Les candidats une fois élus ,ne se sentent plus pisser ,leurs idées souvent dénuées de bon sens ne pissent pas loin, alors pourquoi aller les écouter ,autant pisser dans un violon.

Si nous osons critiquer une décision d'un élu ,celui-ci nous traite de pisse- froids ." (sic)


Ben mon colon ce mec il n'y va pas de main morte!!

Published by Un Sage
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 10:48

Le syndicat d'initiative en 1914
Sous le mandat du maire Morin,le Syndicat d'Initiative de La Roche et de son canton qui.
faisait "un peu d'ombre" à celui-ci suite à une certaine mésentente avec son président a été dissous et transformé en Office Municipale du Tourisme.
Le Syndicat d'Initiative de La Roche( loi de 1901) était l'un des premiers du genre en Haute Savoie.
Il existait déjà en 1914 et éditait chaque année une petite brochure "LA ROCHE-TOURISTE" largement diffusée.
Dans cette brochure La Roche-sur Foron était qualifiée de "point le plus central des excursions dans la Haute-Savoie et l'un des lieux de séjour les plus agréables du Faucigny"
Les satuts spécifiaient que le but su Syndicat d'initiative était "purement patriotique et désintéressé" et avait pour objet:
1°-D'attirer les touristes et les étrangers dans le canton de La Roche par une publicité intéressante.
2°-De les y retenir en leur donnant les renseignements nécessaires sur les promenades ,excursions et ascensions et en rendant leur séjour le plus agréable ,possible.
3°-De favoriser de tout son pouvoir, en les provoquant au besoin, les fêtes et concours.
4°-De donner par correspondances avec la plus grande complaisance, tous les renseignements nécessaies à toutes sociétés et groupe quelconques désirantvisiter la .région.
Il était notamment spécifié:
Le Syndicat d'Initiative distribue gratuitement son livret-guide, brochure illustrée de jolies

Vues de La Roche et de ses environs

La couverture d'une des premieres publications

Le Syndicat d'Initiative est exclusivement soutenu par les cotisations de ses membres et par les subventions que veulent bien lui accorder les pouvoirs publics.
Pour en faire partie il suffit d'en adresser la demande au Président.(cotisation 5fr et 20 fr par an)..
Le Syndicat d'Initiatjve de La Roche est placé sous le patronage du Touring Club de France et du Club Alpin Français.
Son bureau de renseignements étaient basé Fauboiurg Saint Martin (Maison Laillard).
Son comité pour l'année 1914:
Présidents d'honneur:
MM.Cl.Rosnoblet maire de La Roche:
E-Duboin Conseiller à la cour de cassation:
Président :H.Signoud, pharmacien à La Roche:
Vice-présidents: J.Lavillat, Négociant à la Roche et C.Rouge propriétaire à la Roche:
Vice-président délégué à Paris:J. Duboin, conseiller du commerce extérieur de la France:
Secrétaire général :L.Chevallier,Imprimeur:
Trésorier: L. Marcellin ,Agent d'Assurances:
Secrétaire des séances P .Fonlupt Agent d'Affaires .
Membres: Commerçants, hôteliers , professions libérales ,simples particuliers :
Plus de 300.
Dans cette revue "LA ROCHE -TOURISTE ,on y trouvait:
La liste de tous les meublés à louer pour la saison dans les communes de La Roche ,Amancy , Cornier ,la Chapelle Rambaud, Passeirier, Saint Laurent, St -Maurice de Rumilly, St-Pierre de Rumilly, St-Sixt, Bonneville, la Côte d'Hyot, Entremont, Petit Bornand .

Environ Plus de trente meublés, visités auparavant par une commission qui jugeait du confort minimum exigé pour figurer sur cette liste.

La liste des hôtels de La Roche:

Hôtel du Château( près la gare)-Hôtel de la Croix Blanche -Hôtel de la Grenette- Hôtel de la Balance (Faubourg St-Martin,) Hôtel Bellevue. près de la Bénite Fontaine).
Tous actuellement disparus.

Dans la liste de ses membres on trouvait outre de nombreux Rochois des personnalités non résidentes à La Roche:

G.Amourelle à Poissy(S et O) ,G.Bodet la Croix à Paris- J.Brasier à Saint-Julien ,le Comte de Chambost chatelain de Saint -Pierre en Faucigny ,Léon Clavel à Annecy, F.Doucer à Rouen, E.et J.Duboin à Paris, L.Duboin à Moscou, A.Dunand à Paris, O.Dusonchet au Caire (Egypte),E.Favre député, G.Gaffet à Paris, J.Hussy à Genève, J Janoli à Paris, Ladmiral avocat à la cour d'appel d'Alger,(il avait une petite propriété ou il venait en vacances à Saint-Laurent au hameau de Moussy), C.Laillard pharmacien à Paris, J.Laphin à Genève, V.Lavillat à Constantine ,Mme Lombard à Genève ,L.Menaud à Meknas (Tunisie) , A et H.Pelloux à Lyon, M.Pelloux au Caire, H.Périllat à Thones, A.Reydet à Lille, Aug.Roch et P.Saddy à Neuilly sur Seine, A.Tappaz à Paris, M.Hygonet à Marseille,etc....

Melle de Chissé de Polinges, propriétaire du château de l'Echelle, soutenait également le Syndicat .comme ensuite la nouvelle propriétaire la Comtesse Potolka.

La ville de La roche versait à l'époque une subvention de 100 fr.
Tous les membres du comité étaient des bénévoles qui assuraient seuls la bonne marche du Syndicat sans personnel salarié.


Published by Un Sage
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 17:53

La vie autrefois au château de l'Echelle

Petite histoire du château

Initialement ce château appartenait aux comtes de Genève et était occupé par Amédée II depuis 1805.

En 1330 il appartient à la famille Cohendier qui, plus tard le revend à la famille Benevix.

En 1679 il passe aux mains de la famille Louis Chissé de Pollinges,dont la fille Jeanne-Aimée épouse Marc-Antoine Saultier de La Balme.

Ensuite le château revient à leur fils Charles Saultier de La Balme.

Au début du 19ème siècle les Saultier de La Balme le revende à la famille Roges.

En 1878 Jean-Georges de Chyssé de Pollinges rachete le château.

Au 20ème siècle il est achété par la comtesse Potocka qui lui fait connaître une période de luxe et de mondanité


On
connaissait peu de choses sur le passé de cette comtesse .
Elle avait épousé un certain Aronstein,un Américain fortuné,
magnat des usines Ford à Détroit,beaucoup plus agé qu'elle.

La rumeur prétendait que ce richissime mari ,avait acheté son titre de comtesse à une vieille famille polonaise ruinée par la guerre Russo-Polonaise!!

 

Elle venait passer tous les étés, seule ,au château accompagnée d'une suite impressionnante de serviteurs.

Elle arrivait d'Amérique , par le bateau avec trois limousines aux vitres teintées, les trois chauffeurs de celles-ci, un majordome ,un cuisinier, et deux femmes de chambres.

Ce personnel était composé en majorité d'anciens princes "Russes Blancs "déchus .

Le château était très bien entretenu à l'année par un ménage qui résidait dans le bâtiment annexe, comprenant un petit logement et des dépendances à usage de remise ,garage ,et une petite étable, de quoi loger une ou deux vaches, une grande partie du parc de 4 hectares étant en pré fauché régulièrement.

Ces deux vaches ,pendant la période d'été fournissaient en lait frais  la comtesse et ses hôtes .

Le château et ses abords pendant la période d'été étaient très fleuris, en particulier avec des rosiers, dont les fleurs étaient celles préférées de la Comtesse.

Tous les matins, une femme de chambre  ouvrait les volets de sa chambre, lui apportait son petit déjeuner, et déposait sur une table un gros bouquet de roses fraîches.

Les façades du château étaient tapissées d'une vigne vierge luxuriante, et les abords aménagés en jardin à la française avec des carrés entourés de buis bas bien taillés.

Devant le château ,dans un grand espace finement gravillonné on pouvait admirer un grand massif ovale entouré lui aussi de buis bas bien taillés, tapissé de rosiers de différentes espèces.

Une curiosité ,sur la droite du château ,dans la verdure, accessible par un chemin lui aussi gravillonné  étaient alignées plusieurs petites pierres tombales, chacune surmontée d'une stèle.

Sous ces petits monuments étaient enterrés les chiens décédés ,aimés par la comtesse, avec, gravés sur chaque stèle le nom du chien, la date de sa naissance et celle de son décès.

Madame la comtesse était peu connue des habitants de La Roche, vivant avec son personnel en autarcie, dans un espace complètement clos, entouré de hauts murs.

Le très petit nombre de Rochois privilégiés ,qui ont pu l'approcher et être reçus à sa table, la qualifiait d'une personne très aimable, très conviviale ,pas du tout imbue de sa personne, parlant bien le français avec un accent slave assez prononcé, toujours très élégante en tailleur Chanel.

Elle aimait bien la petite ville de La Roche, qui pour elle représentait un havre de paix, et chaque année elle faisait un don généreux au Syndicat d'Initiative

Pendant la période précèdent la guerre de 1940, tout l'été la comtesse recevait en permanence des personnages du gotha mondain ,surtout venant des pays de l'Est et d'Italie .
(La reine d'Italie profitait d'ailleurs de ses séjours au château pour se fournir en chapeaux chez Mme Signoud chapelière renommée du faubourg Saint-Martin)
En particulier l'Archiduc Otto de Habsbourg y faisait de longs séjours!!

Tout ce petit monde festoyait au château ,visitait la région en limousines et se rendait souvent à Genève, en sortant et entrant par le chemin donnant sur le faubourg Saint Martin, pour éviter de traverser la ville.

Elle-même se rendait souvent dans la famille Habsbourg .Le château de Habsbourg se trouvait en Suisse, dans le canton d'Argovie à 3 km de Brugg. Il fut la propriété de la famille des Habsbourg qui régna sur une bonne partie de la Suisse au Moyen-Âge.

Une anecdote: Au cours d'un périple autour du monde ,appelé "La croisière des grands de ce monde ",les participants venus principalement des pays de l'Est, montèrent au sommet de la tour.A cette époque ce monument privé appartenait à la congrégation des Pères Capucins (scolasticat) ,il fallait leur autorisation pour y accéder.

Après la visite ,la Comtesse remit au Père supérieur en remerciement un louis d'or. Le pauvre homme en fut très chaviré et ne l'oublia jamais !!

Après la déclaration de guerre de 1940,la comtesse ne vint plus .Le château a alors été mis sous la protection de la croix rouge Suisse ,le drapeau de cette nation flottant sur la tour (territoire neutre).

Les caves furent tout de même utilisées comme abri souterrain en cas de bombardement. par l'aviation alliée.!!

A l'alerte donnée par la sirène, les habitants devaient se rendre dans cet abri, mais très peu l'ont utilisé.

Avant l'occupation par les Italiens, la Roche étant en "zone libre" le parc accueillait des enfants pendant les périodes de vacances. C'était un "centre aéré".

Une autre anecdote: Madame la Comtesse envoyait régulièrement aux gardiens un colis d'Amérique, contenant une grande quantités de biscuits destinés à gâter les deux braves toutous qui gardaient ,eux aussi, la propriété.

Inutile de vous dire que ceux-ci n'ont jamais eu le loisir de déguster ces biscuits , le gardien les distribuant aux enfants.

Quand vint l'occupation Italienne, assez débonnaire toutefois ,du fait que de nombreux congénères italiens résidaient dans la cité depuis longtemps, l'accès au château n'était plus possible. Le couvre-feu était instauré.

Les forteresses volantes de la RAF,allant bombarder la nuit l'Italie passait au dessus de La Roche. Il fallait tenir les volets complètement fermés et les occulter pour qu'aucune lumière ne filtre à l'extérieur, pour ne pas servir de repaires aux pilotes.

Les bersagliers, la plume au chapeau, patrouillaient le soir, dans toute la ville en criant "la loutché", "la loutché", (la lumière),mais lorsque l'on entendait venir de loin ces forteresses dans un vrombissement assourdissant, comme par magie une grande quantité de volets s'ouvraient, malgré cette interdiction, la radio libre de Londres annonçant leur passage.

La guerre terminée à partir de l'année 1950 , le château connut encore une certaine activité, mais celle-ci allait en décroissant surtout à partir des années 1980-90, la comtesse commençait à avoir des ennuis de santé importants

Atteinte d'un mal mystérieux attrapé dans un pays lointain , elle se déplaçait d'abord à l'aide d'une canne, puis ce mal s'aggravant au fil des années  elle fit installer dans l'escalier tournant de la tour un monte-escalier électrique,pour accèder à sa chambre au premier étage.
Il n'y avait plus de réceptions au château:

Les dernières années elle venait seule sans domestiques, et prenait ses repas dans l'annexe en toute simplicité ,avec le couple de gardien, très affaiblie.
Sa santé se dégradait inexorablement, et le château aussi. Il fallait  refaire complètement la couverture, recrépir les façades mais elle n'en avait plus le courage, et peut-être l'argent.

Etait-elle ruinée. Grandeur et décadence !!

On apprit son décès par le couple de gardien, et par le notaire chargé de son héritage.
On ne trouve pas des traces de son passage dans le bottin mondain des "grands de ce monde" !!

Elle n'avait pas d'enfants, de vagues héritiers venus d'Amérique, débarquèrent un beau jour chez le notaire pensant hériter d'une copie du " château de Versailles".

Ils furent déçus de  ne trouver qu'un  " castel" sans confort,sans le cachet qu'ils espéraient !!
Devant régler 90% de droits de succession dans leur pays, plus les frais divers y afférents, ne leur restant alors pratiquement rien de cet héritage ils demandèrent au notaire de les débarrasser de ce bien qu'ils ne voulaient pas et de le mettre en vente ,se souciant peu de sa valeur.

Comment évaluer un tel bien?

Un petit château sans confort et sans cachet particulier, avec 4 hectares de terrain inconstructible, n'ayant qu'une valeur de terres agricoles?

Il fallait bien le "coup de cœur" d'un passionné pour acquérir celui-ci.

Les rumeurs les plus folles circulèrent: Alain Delon ,Michel Sardou seraient sur les rangs des acheteurs potentiels ,mais elles furent sans suite,ou sans fondement.!! 

Faute d'acquéreurs potentiels le notaire décida que le bien serait vendu aux enchères et un prix plancher a été fixé pour la vente par un expert.

La ville de La Roche ,sous la municipalité Lansard ,décida de se porter acquéreur et constitua un dossier par l'intermédiaire de son Service Technique à cette fin.

Malheureusement le dossier fut oublié dans un tiroir et personne ne s'est présenté le jour de la vente.

Un seul acquéreur s'est présenté et a obtenu le bien "pour une bouchée de pain"

Cet acquéreur ,un certain Diébolt était un curieux personnage. On pourrait le qualifier de "gentleman-récupérateur".

Il vivait seul ,avec son frère handicapé, dans l'annexe du château ,élevant quelques chèvres, récupérant du matériel technique usagé dont il pouvait extraire quelques matériaux de valeur, cuivre, plomb, or etc...

De temps en tant on voyait passer dans le quartier un camion chargé de matériel divers, entrant dans le parc du château par la rue du collège.

Il se rendait souvent le soir à Genève ou devait résider sa famille, paraît-il très connue, en smoking et nœud papillon !!!

On avait appris par la rumeur qu'il avait ruiné deux vieilles demoiselles, riches propriétaires terriennes de la région dont il était le fondé de pouvoir!!

Vivant lui aussi en vase complètement clos dans l'annexe du  château ou il résida pendant quelques années, il n'avait aucun contact avec les habitants qui ne le connaissaient pas du tout.

Il avait installé, dans le parc, sous la tour des capucins, un four ,dans lequel il faisant fondre les métaux précieux qu'il récupérait pour les transformer en lingots.

Un jour tout le quartier a été secoué par un bruit formidable.

C'était le four qui venait d'exploser

Que s'était-il passé ? La cause de cette explosion n'a jamais été élucidée.

Le four a été complètement détruit, et le frère handicapé charge de le faire fonctionner ,qui était à l'ouvrage, a été complètement transformé en lambeaux méconnaissables!!

Quelques mois plus tard, complètement ruiné, il fit faillite et le château à nouveau vendu.

La commune de La Roche ,toujours sous la municipalité Lansard s'est portée acquéreur. Elle en est devenu propriétaire à un prix évidemment beaucoup moins intéressant que celui de la première vente, mais tout de même à un prix plus que raisonnable.

Hélas à la prise de possession la surprise fut de taille!!

L'annexe était à usage d'habitation et d'étable était complètement dégradée. L'habitation était un véritable taudis L'étable était ,elle aussi, très dégradée, complètement remplie des excréments des chèvres jusqu'aux fenêtres.

Des habitants de l'école voisine, dont un mur était contigu à la propriété du Château rapportaient que les chèvres sortaient par les fenêtres.!!!

Le parc de quatre hectares n'avait jamais été entretenu . De très beaux arbres avaient été abattus.,pour faire du bois de chauffage.

Les beaux massifs avaient disparu, en particulier le beau massif de rosiers bordé de buis devant le château.

Les massifs à la française ,eux aussi bordés de buis ,avec le cimetière des chiens n'existaient plus.!!!

A l'intérieur le Château avait été complètement vandalisé par son propriétaire lui-même. Tout ce qui pouvait avoir une valeur marchande avait été vendu à des brocanteurs ou des antiquaires pour faire un peu d'argent..

Le mobilier, les manteaux de cheminée, les portes de placards et de communications en noyer massif richement sculptées, les cimaises etc.....avaient disparu.

Après une recherche faite auprès des brocanteurs de la région quelques pièces ,comme les portes de communications et de placards ont pu être récupéré et remises à leur place.

La ville commença alors, toujours sous la municipalité Lansard une grande réhabilitation des lieux, longue et coûteuse au fur et à mesure de ses possibilités financières.

Dans un une première tranche de travaux ,le mur d'enceinte longeant la rue du Collège fermant complètement la propriété à d'abord été abattu. Le long du mur du collège, une grande place a été aménagée avec un parking permettant une nouvelle entrée au parc, et à l'annexe complètement rénovée , transformée en cinéma "Le Parc".

Plusieurs travaux suivirent sur le château lui-même, réfection des façades, de la toiture ,de l'aménagement intérieur, agrandissement ,(plus ou moins heureux) pour mettre un ascenseur etc...ceux-ci se poursuivant encore sous la municipalité Thabuis, pour en faire un lieu d'expositions.

Malheureusement le "parc", qui pourrait attiré beaucoup de touristes est assez délaissé, fréquenté par une faune de jeunes adeptes du cannabis, dont l'accent trahi leurs origines et par des chiens accompagnés par leurs propriétaires qui y viennent quotidiennement en toute liberté et impunité ,laissant des traces peu ragoûtantes de leurs passages.

Un espace de jeux pour enfants a été aménagé dans un coin du terrain

Ce terrain magnifique offrant une vue dégagée sur toute la vallée de l'Arve, ne mérite plus la qualification de "parc" ,et pourrait très bien être aménagé en arboretum, avec une table d'orientation !!!!

Tant que ce lieu ne sera pas gardé ,et que la police municipale ne s'y intéressera pas, il ne sera probablement pas un atout pour attirer non seulement beaucoup de Rochois ,mais aussi les touristes.!!!!

      

     
  L'entrée du château avec  devant le parterre de rosiers ovale bordé de buis ,l'hiver Le château vu de côté 
l'été
  L'apect actuel du château
Morne bâtisse,morne plaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Un Sage
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 09:47

 

Au revoir "DUDU"


Michel Ducastel, ("Dudu" pour les intimes) vient de nous quitter vers la fin du mois de novembre de cette année.

Ancien prof de gym au lycée de Bonneville, ou il enseigna cette discipline à plusieurs générations, à sa retraite il se consacra à sa vraie passion la sculpture.
Ses sculptures ,plus ou moins abstraites,taillées dans un roc puissant ,ont été appréciées d'un public de connaisseurs, exposées dans plusieurd villes de notre département et même au delà.

C'était dans les années 1960:

Les anciens skieurs de la Roche du C.A.F.(Club Alpin Français de La Roche-Bonneville) se souviendront qu'il était aussi un excellant skieur et animait avec les époux Labrunie, Réal, Yvonne Boëx (devenue ensuite Mme Réal), Mme Coulevrier (le boute-en-train), affublée du sobriquet de "La générale" ,qui voulait tout régenter, Rey Millet et bien d'autres, les sorties des dimanches d'hiver au chalet du C.A.F au Mont d'Arbois, sur la Commune de Saint Gervais.

Un (ou deux cars) de l'entreprise de "Gugu" Levet de Saint Pierre en Faucigny transportait cette joyeuse troupe à Saint Gervais ,chantant tout le long du trajet des chansons plus ou moins coquines.

Après une montée par le téléphérique, la plupart se tapait un bon casse-croûte avec un copieux coup de blanc, avant de s'élancer sur les pistes.

Les meilleurs ,"Dudu ", Labrunie ,bibi ,et quelques autres s'entraînaient à la compète ,derrière un mono "Missilier" du Grand Bornand, dans une pente très raide ,dans une poudreuse vierge difficile à maîtriser.

A 17 heures ,c'était le départ du car et il était bien difficile de rassembler tout le monde un peu éparpillé dans la nature.

Le retour était beaucoup plus calme la fatigue et parfois le sommeil calmant les ardeurs des plus dissipés.

Cher "Dudu" ceux qui t'ont connu dans ces occasions ont pu apprécier ta gentillesse, ta franche camaraderie, ta convivialité ,dans ces bons moments passés en ta compagnie dans  le C.A.F.


Au revoir "Dudu"si tu nous a quitté dans l'ingratitude d'un anonymat ,nous, nous ne t'oublierons pas
.

Qelques oeuvres de Michel Ducastel
(Celle à droite est dans le château de l'Echelle)

 

 

   
Published by Un Sage