Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 17:23
Faut t-il transformer nos écoles en forteresses.
Des instructions ont été envoyées aux recteurs et aux préfets pour sécuriser davantage les écoles à la rentrée, et préparer enseignants et élèves à une potentielle menace terroriste

"C'est une situation inquiétante. L'école de la République est une cible potentielle", assure Liliana Moyano, présidente de la Fédération des Conseils de parents d'élèves (FCPE). "Cela doit être mis en place très vite. Il est important de trouver des moments de discussion, et il faut la sécuriser

Sécurisation, exercices et formations.
La circulaire du 29 juillet prévoit, entre autres, la sécurisation des abords des écoles, des exercices de simulation dont un portant sur un "attentat-intrusion", des formations aux gestes qui sauvent. "Il faut là encore consulter les usagers de l'école et les parents car ils connaissant extrêmement bien l'environnement de l'école, et ils pourront donner des avis avertis", conseille Liliana Moyano. Les enseignants auront également un rôle important à jouer, notamment pour expliquer la menace aux enfants, et seront formés à la gestion de crise. La formation aux gestes de premiers secours seront données à partir de la 3ème. "Nous pensons que cela peut commencer dès la 4ème. Il faut trouver les gestes adéquats et il faut surtout en parler à l'ensemble des élèves, car ce qui crée de l'anxiété c'est le non-dit", nuance la présidente de la FCPE mobilisation de toute la communauté éducative
L'école, tout un symbole.
 La présidente de la FCPE s'attend également à ce que les parents d'élèves jouent un rôle accru dans cette mobilisation : "Dans la circulaire, il est instauré la mise en place de cellules de gestion de crise par académie. Nous demandons qu'un représentant des parents d’élèves siège dans ces cellules." Pour Liliana Moyano, la menace terroriste contre une école n'est pas à prendre à la légère : "L'école représente un symbole, la laïcité, l’éducation. On ne doit pas être dans le déni face à ce potentiel danger.
Les travaux prévus à La Roche
La commune va réaliser pour environ 107.000 €(chiffre provisoire) de travaux dits "anti-intrusions", dans le courant de l'année 2017 ,dans les école primaires, les collèges et les lycées étant de la compétence du Conseil Général.
Dans ce but un état des lieux a été diligenté avec l'adjudant chef Cavagnoud ,de la brigade de La Roche pour être transmis aux autorités compétentes, en vue d'obtenir une subvention.de l'ordre très imprécis de 2 0à 80%..
Les dispositions envisagées difficiles à réaliser pour certaines écoles, pourront rassurer les parents, en foutant la trouille aux gamins et on peut douter de leur efficacité, en cas d'intrusions de personnes "prêtes à en découdre"!!
Les fous d'Allah sont partout , même dans les plus petits bleds et sont capables de tout.
Des caméras devront être installées aux abords des locaux, mais qui les consultera  jour et nuit ?
Les portails devront être revus, automatisés et rehaussés 1m80.Une hauteur bien facile à escalader pour de jeunes individus, en se  faisant "la courte échelle"(on a connu cette méthode quand on était gamin).
Des filtres rendant les vitres opaques de l'extérieur devront être mis en place. Il vaudrait mieux les remplacer (comme autrefois) par de bons barreaux de fer bien scellés comme dans les prisons ce serait plus efficace mais  évidemment plus couteux!!
On prévoit d'installer des visiophones dans deux écoles afin de pouvoir détecter à distance la personne désirant entrée dans l'établissement.
Dans le paquet des mesures à prendre il faudrait prévoir une salle de confinement, (elle devrait être complètement blindée) ou un moyen de sonner l'alarme, autre de celle d'incendie Un sifflet ne suffirait pas et des essais auraient parait-il été effectués  avec une corne de brume .Un ustensile facile à se procurer pour un plaisantin, utilisé dans les manifs et par les supporters  dans les matchs de foot..
Ces mesures ne devraient pas être incompatibles avec la sécurité incendie qui demande que les portes des classes ne doivent pas être fermées !!
C'est bien la quadrature du cercle pour une municipalité !!
Les écoles seraient-elles particulièrement visées, plus que les mairies, les médiathèques, les hôpitaux, les cinémas, les maisons pour les personnes âgées etc… dans lesquels on entre comme dans un moulin.
Sans aucun doute si on en croit le gouvernement et la FCPE
"Mieux vaut prévenir que guérir."
"On ne sait jamais"

Un réticent qui n'est  pas d'accord!!
 
 
Published by Un Sage
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 17:22
Les people à son chevet : Hollande n’avait pas besoin de ça !
(Thomas Clavel)
Gare aux bobos

Mon Dieu, que j'ai l'air intelligent sur cette photo!!
N'écoutant que son courage, un parterre de célébrités s'est élevé contre l'"acharnement indigne" dont serait victime François Hollande
Une soixantaine de « personnalités » du milieu artistique et culturel français ont cosigné une tribune pour dire « stop au Hollande-bashing » dans les colonnes du Journal du Dimanche.
« Dès le départ, regrettent-ils, François Hollande a fait face à un incroyable procès en illégitimité. Ce dénigrement permanent met à mal toutes les institutions de la République et la fonction présidentielle. Il perdure encore aujourd’hui malgré la stature d’homme d’État que François Hollande a parfaitement incarnée, tant dans les crises internationales que lors des épouvantables tragédies que notre pays a traversées. C’est comme si, en quatre ans, on n’avait jamais entendu parler ni retenu tout ce qui a été accompli, systématiquement effacé par ce Hollande-bashing » déplore gravement la petite troupe de signataires.
Parmi eux, Agnès B., Catherine Deneuve, Benjamin Biolay, Juliette Binoche, Denis Podalydès, Irène Jacob, Sylvie Testud, Laure Adler, Patrick Chesnais, Gérard Darmon, Michel Ribes, Mazarine Pingeot, Bernard Murat, Michel Rotman ou le très-urgentiste Patrick Pelloux qui n’a certainement pas oublié la chaleureuse étreinte du Président aux lendemains des attentats de Charlie Hebdo.
Le président people?
Dix jours après la victoire anti-showbiz de Donald Trump, l’élite artistique française a peur. Elle a peur pour la table du festin, où elle est encore assise, mais que le peuple s’apprête à renverser aussi de ce côté de l’Atlantique. Elle signe alors des tribunes dans la presse, monte au créneau de Saint-Germain-des-Prés, chante contre la haine, mais n’entend toujours pas la musique, moins amplifiée mais plus rythmée, qui s’élève des trottoirs et des campagnes du pays réel.
Ils braillent : « Nous dénonçons cet acharnement indigne qui entraîne le débat politique dans une dérive dangereuse pour la démocratie! » est-il question ? De celle qui donne la voix à tous ceux dont le nom des ancêtres est silencieusement gravé sur les monuments aux Morts de la nation et fait taire un instant lauréats des Césars et faiseurs de Disque d’or ? De celle qui donne la voix à tous ceux qui construisent le pays dans sa chair et fait taire un instant ceux qui cherchent à le déconstruire dans son identité ?
Un coup de grâce médiatique
Ces artistes, acteurs, musiciens, hommes et femmes de lettres, si absorbés par la petite musique qu’ils nous jouent depuis des décennies, si mélomanes en matière d’humanisme à quatre sous, si attentifs aux justes accords de la bien-pensance, ont l’oreille un peu dure lorsqu’il s’agit d’entendre la rumeur qui monte de la rue et qui leur est hostile. Ils n’ont toujours pas compris que leurs sermons d’humanité sont devenus inaudibles au peuple historique, celui qu’ils ne chantent pas. Ils n’ont toujours pas compris que le secours au président Hollande, qu’ils espèrent providentiel, est contre-productif.
Mais, pour eux, l’essentiel est peut-être ailleurs. A l’heure où la nation se clive, il s’agit de bien délimiter les camps et d’exclure de celui du Bien les brebis galeuses ou égarées.
Le JDD, qui promeut chaque année le fameux classement des personnalités préférées des Français jamais interrogés, a publié cette tribune de plus qui n’est au fond qu’un entre-soi, un sauf-conduit qui ouvre encore les portes de la classe culturelle dominante.
François Hollande, lui, n’avait certainement pas besoin d’un tel coup de poignard médiatique.
Mesdames, Messieurs les humanistes, et vous, Monsieur Pelloux l’urgentiste: vous devriez le savoir, on ne tire pas sur l’ambulance !
 
Published by Un Sage
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 16:39
Débat Fillon/Juppé : misère du journalisme politique
David Desgouilles

(Blogueur et romancier).
Si le débat entre les deux finalistes fut si soporifique, ce n'est pas seulement parce que Juppé et Fillon ont été sur la défensive. La mise en scène grotesque du duel avait de quoi ennuyer..

Une poignée de mains "protocolaire"devant la caméra
(Et pourtant ils se détestent )

Depuis quelques années, notre consoeur Natacha Polony fustige le journalisme politique qui tend à ressembler au commentaire sportif. Jamais elle n’aura eu autant raison qu’à l’occasion de ce débat. Tout y était. Pour ma part, j’étais sur France 2 et j’ai eu l’impression dès le début qu’on allait assister à la finale de coupe du monde. L’arrivée des joueurs au stade. Ouf, ils n’avaient pas leur casque sur les oreilles, les supporters n’aiment pas ça. La reconnaissance de la pelouse, c’est important. Les allers-retours avec le plateau, et les consultants qui nous expliquent qu’untel a de l’avance sur l’autre au classement. Que le second doit « tout donner » pour faire son retard. On s’enquiert de la forme des joueurs. On s’interroge sur le rythme du match qui s’annonce. Viril ? Musclé ? Attentiste ? Un petit tour vers les reporters présents parmi les supporters des deux équipes. L’ambiance est là. Cela manque tout de même de drapeaux et de cornes de brume. Retour sur le plateau. Le vieux consultant FOG(Franz-Olivier Giesbert ) est là qui analyse le jeu des deux protagonistes. Si FOG est là, c’est que le match est sérieux. Du niveau d’un Brésil-Allemagne.

Mais le débat commence, et on est déçu… Presqu’aussi ennuyeux que le premier match. Les équipes sont défensives. Quelques tacles virils mais corrects. L’avant-match nous avait promis une finale de Coupe du monde, et on a droit à un Créteil-Belfort

Depuis quelques années, notre consoeur Natacha Polony fustige le journalisme politique qui tend à ressembler au commentaire sportif. Jamais elle n’aura eu autant raison qu’à l’occasion de ce débat. Tout y était. Pour ma part, j’étais sur France 2 et j’ai eu l’impression dès le début qu’on allait assister à la finale de coupe du monde. L’arrivée des joueurs au stade. Ouf, ils n’avaient pas leur casque sur les oreilles, les supporters n’aiment pas ça. La reconnaissance de la pelouse, c’est important. Les allers-retours avec le plateau, et les consultants qui nous expliquent qu’un tel a de l’avance sur l’autre au classement. Que le second doit « tout donner » pour faire son retard. On s’enquiert de la forme des joueurs.On s’interroge sur le rythme du match qui s’annonce. Viril ? Musclé ? Attentiste ? Un petit tour vers les reporters présents parmi les supporters des deux équipes. L’ambiance est là. Cela manque tout de même de drapeaux et de cornes de brume. Retour sur le plateau. Le vieux consultant FOG est là qui analyse le jeu des deux protagonistes. Si FOG est là, c’est que le match est sérieux. Du niveau d’un Brésil-Allemagne.

Mais le débat commence, et on est déçu… Presqu’aussi ennuyeux que le premier match. Les équipes sont défensives. Quelques tacles virils mais corrects. L’avant-match nous avait promis une finale de coupe du monde, et on a droit à un Créteil-Belfort. D’un coup, on prend l’envie d’aller à la buvette. Et on épargne le résumé du match au lecteur. Parce qu’il va lire ce texte certainement de bon matin, et qu’il ne faut pas le rendormir.

On en arrive donc à l’après-match. Des reporters partout, encore une fois. Au bord du terrain, pour recueillir les impressions des joueurs. Ont-ils le sentiment d’avoir bien joué ? Tel Didier Deschamps, ils esquivent les questions et font montre de langue de bois. Et retournent aux vestiaires. Formidable scoop : l’un des reporters parvient à obtenir la réaction de l’épouse d’un des deux joueurs vedettes. Isabelle a apprécié le jeu d’Alain, on s’en doute. Retour plateau. On refait le match, mais manque Eugène Saccomano. Il faut bien reconnaître que Nathalie Saint-Cricq n’a pas les qualités de l’ancien commentateur de RTL et Europe 1. Qui a bien joué ? Qui a gagné ? FOG cause tactique. Il appelle ça « méthode » mais c’est de la tactique.

On en arrête là. On se demande si tous ces gens sont conscients du ridicule de leur mise en scène. Sont-ils dupes ? Qu’on se rende compte ! La moitié d’un journal télévisé, la suppression de « Parents mode d’emploi » qui a peiné ma fille cadette, pour un débat qui concerne quatre millions de personnes alors que 41 millions d’électeurs ont dédaigné cette primaire dimanche dernier. Ils vont faire quoi, lorsque ce sera la vraie finale de la vraie élection présidentielle, en mai prochain ? Prendre l’antenne à huit heures du matin ? Accompagner les joueurs dans leur échauffement ? Les interroger depuis leur salle de bain ? Aligner les débats à quatre, à cinq, à sept commentateurs en plateau, jusqu’au soir ? Suivre les véhicules des finalistes avec motos sous les vivas des supporteurs ? Sont-ils à ce point conscients du dédain qu’inspire la politique aujourd’hui, pour oser mise en scène si consternante ? Poser cette question, c’est y répondre:

Le journalisme politique et le journalisme sportif ont aujourd’hui complètement fusionné.

 

 

 

 

 

Published by Un Sage
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 16:20
Vive l'hiver,mais pas pour tout le monde

L'automne est arrivé, comme Zorro , sans s'presser.
Les feuilles mortes se détachent de leur tronc nourricier
Elles volent çà et là au gré du vent, selon ses humeurs
Et finissent par joncher le sol d'un beau tapis de couleurs
Le Jaune, l'orange, le pourpre, enchantent nos mirettes,
Prémices de l'hiver qui les couvrira d'un blanc très chouette
Certains s'en réjouiront pour pratiquer leurs sports favoris
D'autres protégés par de simples cartons, par le froid seront meurtris,
N'ayant comme asile que la rue, devant l'indifférence des passants,
De ceux qu'une vie plus heureuse à rendu  ingrats en les gâtant.
Qui iront se gaver de foie gras, caviar, champagne, pour Noël.
Eux, les gueux , se contentant d'une soupe chaude dans leur écuelle

“Voici venir l'hiver, tueur de pauvres gens. ”
Jean Richepin )
 
Published by Un Sage
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 15:25

Des composants toxiques dans certains Saumons

(De Medisite)
Etrangement, les saumons bio sont plus chargés en métaux lourds que les autres, selon une enquête de 60 millions de consommateurs. 
Qu’ils viennent de Norvège ou d’Irlande "fiefs de l’aquaculture biologique", les saumons bio peuvent être plus contaminés par les métaux et pesticides que les autres , selon une enquête du magazine 60 millions de consommateurs. Pour aboutir à cette conclusion, les enquêteurs ont analysé 10 pavés de saumons frais et 15 variétés de saumons fumés (bio et non bio). Si ces derniers, délestés de leurs parties riches et donc allégés en contaminants s’en sortaient plutôt bien, les chercheurs ont particulièrement pointé du doigt la première catégorie. Notamment les bio " contaminés dans des proportions plus importantes que dans nos tests de 2014 " indique le magazine.
Des pesticides interdits dans du poisson bio
Parmi les poissons bio, ils ont trouvé quatre résidus de pesticides organochlorés qui sont interdits depuis plusieurs années. Certains pouvaient également contenir du mercure, jusqu'à 0,05 mg par kg de poisson pour la référence Olsen , une teneur heureusement en-dessous de la limite réglementaire (0.5mg/kg). De l’arsenic pouvait aussi être présent en proportions variables. "L’arsenic provenant en grande partie de la croûte terrestre, on peut comprendre que la chair des poissons sauvages en contienne. Mais pour les autres ? Les différents experts que nous avons sollicités sont formels : l’environnement a un effet minime sur la contamination des poissons d’élevage", a commenté le magazine. En fait la contamination en arsenic ne viendrait que peu de l'environnement des poissons mais surtout de leur alimentation. La nourriture des poissons d’élevage est composée "en partie de farines et d’huiles animales, issues de poissons sauvages susceptibles d’accumuler ces résidus" rappellent les enquêteurs.
Pas de saumon à Noël ?
Alors faut-il éviter le saumon en cette veille de Noël ? Selon Patricia Chairopoulos, journaliste enquêtrice pour le magazine interrogée par l’ AFP : "On ne va pas dire qu'il ne faut plus en manger, loin de nous cette idée". Mais "ça peut appeler les industriels à être peut-être plus vigilants sur la nature et la propreté de l'alimentation qu'ils donnent à leurs saumons.
 

 

 

Published by Un Sage
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 17:20

Fillon-nous à un homme constant

(Alain Nueil)
(Romancier et professeur de lettres agrégé.)

Il paraît que la constance n'attire pas les foules. Depuis dimanche, elle attire au moins la marée.

De toutes les qualités, la constance a le plus beau nom car la fermeté sonore des deux syllabes illustre parfaitement le sens du mot. Pour savoir si un homme est constant ou pas, il suffit d’observer ses relations avec les autres. Comme il est beau d’être constant en amitié et surtout en amour ! Il est certes agréable d’être volage, de courir d’épouse en épouse ou de maîtresse en maîtresse à pied, à cheval ou en scooter. Mais quand on a une fonction sociale importante, c’est plutôt inquiétant pour les autres. Le volage ne passera-t-il pas d’une idée à une autre, par exemple d’une haine des riches à une volonté d’enrichir les patrons, comme il passe de femme en femme ? J’avoue que je préfère la constance d’Ulysse se dirigeant pendant dix ans vers sa Pénélope malgré vents et marées, malgré de séduisantes magiciennes et des déesses hostiles.

Il est bon également d’être constant dans l’action. Fin novembre 1995, j’avais planifié avec mon épouse un week-end à Bruges, et nous avions placé nos trois enfants chez des cousins. Arrivés à la Gare du Nord, patatras, nous tombons sur une grande affiche annonçant une grève illimitée des cheminots. L’homme d’Etat qui voulait aligner leurs retraites sur celles des employés du privé tint bon pendant trois semaines mais finit par capituler. Je ne dis pas « baisser sa culotte », car les expressions vulgaires me semblent indignes du débat public. Dire « Casse-toi pauv’con » ou bien « pour le chômage, je n’ai pas eu de bol » révèle des natures irritables, fantasques, ou qui recherchent par la vulgarité des complicités basses. Pour moi, l’homme constant doit parler dans les circonstances officielles un beau français constant, un français qui ne prend pas les autres pour des imbéciles.

Ils allaient voter pour Churchill

En 2003, j’habitais Paris et j’étais professeur au Plessis-Robinson. Un ministre, je ne sais plus qui, a lancé une réforme des retraites. Aussitôt, arrêt général des bus et des métros. J’ai juré à mes élèves que je serais présent à tous mes cours, quitte à venir à pied, en stop ou à trottinette. J’ai été constant et j’ai effectivement assuré tous mes cours. Le ministre aussi a été constant, il a résisté aux grèves et a fait passer sa réforme. En 2010, un autre ministre (mais au fond, je me demande si ce n’était pas le même que la première fois) a engagé avec son président de la République une autre réforme qui consistait à déplacer l’âge de la retraite de 60 à 62 ans. Tonnerre sur Paris ! Pendant des mois et des mois, j’ai croisé dans la capitale d’imposants cortèges qui exigeaient l’abrogation de cette réforme au nom du « rêve général ». Un jour, près du Palais du Luxembourg, j’ai croisé un groupe de manifestants d’entre 20 et 25 ans, et je me suis mis en devoir de leur expliquer qu’ils se faisaient gruger par les vieux, parce que les deux ans de retraite supplémentaire si l’on restait à 60, c’est eux qui les paieraient. Le ministre et son président ont été constants et la réforme, difficile mais nécessaire pour l’équilibre financier, est passée.

Vous me direz : la constance, c’est magnifique, mais l’homme constant est rarement  charismatique, cette qualité produit certes des époux modèles et des hommes courageux, mais peu enthousiasmants. Je vous aurais dit jusqu’à dimanche : oui, vous avez raison, les hommes constants sont plutôt ennuyeux et ne soulèvent pas les foules. Mais, dimanche, j’ai assisté à un miracle. Je me trouvais en proche banlieue, dans la file d’attente d’une élection qui, si ma mémoire est bonne, concernait la droite et le centre. La foule était joyeuse, souriante, tous se parlaient. Je me disais : on n’est pas aussi gai quand on se prépare à voter pour X pour ne pas avoir Y ou pour Y pour chasser X. On est gai et fier quand on vote pour quelqu’un qu’on admire, par exemple pour un homme constant. Moi-même, je m’apprêtais à voter pour une sorte de Churchill qui promettait à la France du sang et des larmes, des réformes drastiques et courageuses. Les écailles me sont soudain tombées des yeux et j’ai compris qu’autour de moi, tous étaient fiers et joyeux parce qu’ils allaient voter pour Churchill. Mon intuition était juste, notre candidat l’emporta le soir-même grâce à un raz-de marée qui stupéfia tout le monde. Oscar Wilde a raison, il est important d’être constant.

 

 

 

Published by Un Sage
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 17:11

Ne privons pas Bordeaux d’un si bon maire!
Non au cumul des mandats
(Charles Gave)
 (économiste et financier.)
Il se dit que Monsieur Juppé serait plus « libéral » que Monsieur Fillon. Mais prétendre nimber l’un ou l’autre sous le halo du libéralisme, c’est se foutre du monde !
D’abord parce que celui qui le fait se croit à l’évidence capable de décerner des brevets de libéralisme. Or quand on voit l’état dans lequel est notre pays on se demande ce qui donne le droit à quiconque de se réclamer comme libéral tant tous les libéraux en France ont lamentablement échoué en politique depuis au moins trente ans.
Ensuite parce que le pays n’a pas besoin d’un « libéral » mais d’un homme qui pourrait répondre « oui » aux trois questions suivantes:
  • Suis-je un homme d’honneur
  • Suis-je un homme compétent ?
  • Suis-je un homme qui apprend par ses erreurs ?
A ces trois questions, je réponds pour Monsieur Juppé par un non sans nuances.
  • Est-il un homme d’honneur: en aucun cas. Il a un casier judiciaire. Imaginez son effet sur la magistrature, la gendarmerie ou l’armée, d’où quiconque est immédiatement chassé s’il a déjà été condamné. Je me contrefous de pourquoi, mais condamné il a été. Il était donc coupable. Qu’il ait été condamné parce qu’il a porté le chapeau pour quelqu’un d’autre ne m’intéresse pas du tout. Un homme d’honneur dans une telle situation refuse d’obéir ou démissionne. Ce qu’il n’a pas fait. C’est donc un homme sans honneur, et je crois que le moment est venu de réintroduire cette notion dans la vie politique française. Entre un libéral sans honneur et un non libéral honorable, je choisirai toujours le second.
  • Est-il compétent ? Ses passages au pouvoir ont été désastreux. Le dernier, comme tous les précédents ou, en tant que ministre des Affaires étrangères de la France,  il a pris ses ordres du Qatar, de l’Arabie Saoudite ou du département d’Etat américain pour frapper la Libye et déstabiliser la Syrie, gérée par des Alaouites. Eut-il réussi, nous aurions eu un massacre des minorités non sunnites en Syrie, c’est à dire des chrétiens. Les massacres ont quand même eu lieu, en Irak et en Syrie. Monsieur Juppé n’a pas non plus manifesté le moindre intérêt pour les minorités chrétiennes martyrisées dans tous les pays sunnites, bien au contraire. Il manifeste, en revanche, une compréhension infinie pour les minorités musulmanes pour peu qu’elles vivent et votent à Bordeaux.
  • Est-ce un homme qui apprend par ses erreurs. Certainement pas. C’est lui qui a augmenté les impôts et déplafonné l’ISF au lieu de le supprimer, non sans avoir fait porter le chapeau au ministre des Finances de l’époque qui fut sommairement viré juste après. Et cela pour répondre aux injonctions de Bruxelles, pour pouvoir rentrer dans l’Euro. Augmenter les impôts pour réduire un déficit budgétaire ne marche jamais. Ces augmentations provoquèrent une récession et, in fine, la dissolution de l’Assemblée, qui nous a amené Aubry et Jospin. Chaque fois qu’il l’a pu cet homme a pris le parti de ne pas faire respecter la souveraineté française : il continuera, n’en doutons pas. Et au diable les manants.
Pour résumer, je vais terminer en aménageant une formule de Pagnol: « Monsieur Juppé, ce n’est pas qu’il est bon à rien! C’est qu’il est mauvais en tout. » J’y ajoute : en étant toujours extrêmement content de lui-même.
Il parait cependant que c’est un excellent maire de Bordeaux.
Il ne faut à aucun prix que les électeurs Français privent Bordeaux d’un homme aussi talentueux.
A l’évidence, tout mouvement vers le haut prouverait une fois de plus que ce cher homme a atteint son niveau d’incompétence et qu’il n’est pas apte à aller plus haut.
Maire de Bordeaux il est.
Maire de Bordeaux qu’il reste.
 
 
Published by Un Sage
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 10:17

Le quartier du Plain Château en émoi

la future antenne Free inquiète les riverains

Quand elle a vu le panneau annonçant la mise en place prochaine de l’antenne Free, en face chez elle sur les grilles du Château de l’Echelle, Laetitia Bruno a pris un petit coup derrière la tête.
Elle allait recevoir des ondes "maléfiques" en pleine poire !!
 « On était dans une situation de fait accompli, alors que depuis avant l’été on a écrit à la mairie pour avoir des informations ». 
C’est en effet en juin que le conseil municipal rochois a validé le principe de cette installation sur ou sous  le toit du château
.Des calicots ont été placardés un peu partout dans le quartier pour refuser cette installation

La commune rassure avec des propos jugés fallacieux par les intéressés.

"Les antennes des autres opérateurs se trouvent sur un bâtiment appartenant à Haute-Savoie Habitat, en face de l’école du Bois des Chères. Là aussi, des enfants ne sont pas loin mais, note le premier adjoint Sébastien Maure, « le rayonnement des ondes s’affaiblit très vite après l’antenne, c’est de l’ordre de quelques mètres. Il n’y a aujourd’hui pas de souci particulier, et nous n’avons pas eu de retour concernant les habitants de l’immeuble Haute-Savoie Habitat »."
L’élu défend aussi que la commune ait accepté pour l’argent, à raison de 8 000 euros de location par an, la chandelle n’en aurait pas valu le coup. Si Free va à l’Echelle, c’est que les Bâtiments de France ont refusé le clocher de l’église (périmètre protégé) mais aussi que les autres propriétés privées ont refusé. Free a besoin d’un emplacement car elle utilisait jusque-là du matériel propriété d’Orange mais, ce contrat arrivant à échéance, Free se doit d’atteindre un taux de couverture minimal en 4G sur le territoire. Free était donc également pressé par ce calendrier.
Une pétition circule

Collectif Anti Antennes Relais La Roche sur Foron (74800)

"Notre Collectif de riverains " Anti Antennes Relais 74800 la Roche sur Foron «" appelle la population de notre ville et toutes personnes concernées par la problématique de dangerosité des antennes relais à signer notre pétition afin que nous puissions exprimer notre opposition à la Municipalité de La Roche sur Foron quant au projet d’implantation de 4 antennes relais et deux paraboles de la société Free  dans la Tour du Château de l’Echelle située dans les Vieux quartiers de notre ville et ceci en vertu du principe de précaution .
 Notre Collectif de riverains «  Anti Antennes Relais 74800 la Roche sur Foron «  appelle la population de notre ville et toutes personnes concernées par la problématique de dangerosité des antennes relais à signer notre pétition afin que nous puissions exprimer notre opposition à la Municipalité de La Roche sur Foron quant au projet d’implantation de 4 antennes relais et deux paraboles de la société Free  dans la Tour du Château de l’Echelle située dans les Vieux quartiers de notre ville et ceci en vertu du principe de précaution .
Les dangers de ces orientations ont été largement établis par des instances internationales (Rapport Bioinitiative 2007 publié par l’Agence Européenne de l’Environnement et validé par le Parlement Européen par un vote du 04/09/2008.) Cette étude démontre l’incidence sur la santé notamment par des effets sur la fonction immunitaire, la gestion du stress, les dommages génétiques, sur l’origine des tumeurs et neurinomes acoustiques sur l’origine des cancers enfantins et les leucémies, sur la maladie d’Alzheimer etc.). Mais également plus tôt  des appels de collectif de médecins notamment l’Appel de Fribourg en 2002 ont fait le lien par une observation au plus près des patients et de leur environnement de vie, avec  l’apparition de symptômes ( maux de tête , migraines, insomnies, troubles de la tension artérielle, troubles cardiaques, maladies neurologiques en corrélation avec la proximité d’ondes électromagnétiques générées notamment par les antennes relais. De nombreuses autres études corroborent les questionnements et les constatations de plus en plus nombreux concernant les inquiétudes face à ce problème.
Nous nous attachons particulièrement à attirer l’attention sur le fait que la situation de l’implantation ne peut qu’être néfaste pour les familles du quartier et leurs enfants, mais aussi pour les habitants en général. En effet, le Château de l’Echelle abrite une salle d’exposition, la Médiathèque de la ville se situe à quelques mètres, ainsi que le parc public qui draine de nombreux promeneurs quotidiennement. Le cinéma est aussi tout proche dans ce quartier. La vie culturelle et sociale de notre ville ne peut qu’être impactée par ce sujet.
Le dossier d’information de la Mairie attaché à cette réalisation stipule qu’il n’y a pas d’établissements particuliers de notoriété publique à moins de 100 mètres de l’antenne visé par l’article 5 du décret n°2002-775 du 3 mai 2002 pris en application du 12° de l'article L. 32 du code des postes et télécommunications et relatif aux valeurs limites d'exposition du public aux champs électromagnétiques émis par les équipements utilisés dans les réseaux de télécommunication ou par les installations radioélectriques.
Nous pensons qu’il serait souhaitable d’en discuter, étant donné qu’aucune réunion n’a été proposé par la Mairie afin d’informer"

****************

Cette affaire à suivre pourrait paraître assez louche pour certains Rochois, qui se demandent quelles sont les accointances que peut avoir la commune avec "Free" puisqu'il ne s'agirait pas  de fric pour une location jugée dérisoire !!
Le collectif des riverains "rouspéteurs' prétend que la population et en particulier les habitants du Plain Château  n'auraient pas été consultés sur ce projet, qui pourrait mettre en danger la santé de tout ce quartier.
On est bien loin des promesses électorale de cette nouvelle majorité, qui dans l'opposition reprochait avec vigueur à l'ancien maire ses "oukases" sans consulter la population, le traitant sous le manteau de "Pinochet", en nous assurant que "tout allait changer"!!
 
Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser jusqu'à ce qu'il trouve des limites.
(Montesquieu)
(De l'esprit des lois )
 
 
 
 
Published by Un Sage
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 10:00

Le nouveau maire de La Roche

Sébastien Maure et ses neuf adjoints
Après le décès du maire Guy Flammier, le conseil municipal rochois a désigné lundi 14 novembre l’ancien premier adjoint Sébastien Maure comme nouveau maire. Il s’inscrit « dans les traces, les valeurs », de son prédécesseur.
Avec 24 voix en sa faveur, sept blancs et deux voix pour Jean-Claude Georget, Sébastien Maure a été désigné maire dans une ambiance forcément particulière.
La famille de Guy Flammier était présente de même que de nombreux élus locaux du territoire (Stéphane Valli et Lucien Boisier de Bonneville, et de la communauté de communes du pays rochois : le Saint-Pierrois Marin Gaillard et l’Etalien David Ratsimba), le sénateur Cyril Pellevat, les conseillers départementaux Christelle Petex et Denis Duvernay, tous venus montrer leur soutien.
Le groupe des minorités issu de l’ancienne majorité, par la voix de Nicolas Pittet, a expliqué ne pas souhaiter présenter de candidat car la tra« les Rochois attendent beaucoup de dignité dans transition » au vu des circonstances. Même esprit dans l’autre groupe de sensibilité de gauche, où Jean-Claude Georget s’est présenté tout en rendant hommage à Guy Flammier « que notre groupe appréciait particulièrement. Il avait le respect de la minorité municipale, de l’ouverture d’esprit ».
La liste des adjoints (élus moins huit blancs) élus, par ordre, du premier au neuvième : Pascal Casimir, Nicole Cotterlaz-Rannard, Sylvie Roch, Jean-François Deprez, Frédérique Demure, Philippe Bouillet, Patrick Tournier, Laurence Potier-Gabrion, Lydia Greggio.
La commune , n'est plus en faillite comme cette majorité nous l'avait martelé, ce nouveau maire ayant augmenté son indemnité au maximum du plafond autorisé, sous prétexte que son temps de travail en qualité de directeur du collège  Sainte Marie serait réduit.
Les adjoints ,eux ,n'ont pas été augmentés.
L'indemnité globale du conseil municipal passe donc de 178.000 € à 191.000 €,soit une augmentation de 13.000 €.la délibération est "passée comme une lettre à la poste" moins huit votes blancs .
Être maire actuellement n'est pas une sinécure, celui-ci devant faire face à beaucoup trop  de responsabilités et au mécontentement de beaucoup de citoyens rogneux
Les communes sont désormais en première ligne sur beaucoup de sujets. Le mandat de maire est quasiment une activité à temps complet désormais, grâce à plusieurs vagues de décentralisation.
Des compétences nouvelles ont donc été ajoutées à l’arsenal du maire qui doit quasiment être compétent dans tous les domaines.
L’Etat se désengage beaucoup et les communes doivent prendre le relais.
Nous hésitons toujours à savoir si être élu local est un métier ou une vocation, désormais il s’agit des deux. Il faut avoir la vocation mais il s’agit d’un véritable métier… à durée déterminée
Il sera bien difficile à Sébastien Maure de concilier ses deux activités sans en négliger une.
Bon courage Monsieur le Maire !!
"On ne peut pas être à la fois au four et au moulin"

 
 
 
 
Published by Un Sage
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 20:46

Sitôt l'annonce des résultats dimanche, le clan Juppé a commencé à attaquer violemment,le programme de son adversaire. Pour l'instant, le vainqueur du premier tour ne semble pas vouloir répliquer.

Entre François Fillon et Alain Juppé, la guerre est déclarée.
Dès le soir des résultats du premier tour de la primaire de la droite, dimanche, le clan Juppé fourbissait ses armes contre le vainqueur de la soirée.
Depuis deux jours, les attaques verbales se multiplient. Sur Europe 1 ce mardi matin, Alain Juppé a taclé François Fillon en lui demandant de "clarifier sa position" sur l'avortement. "Il y a des points sur lesquels j'aimerais bien que François Fillon clarifie sa position, par exemple sur l'avortement et l'interruption volontaire de grossesse. Il a commencé par dire dans son livre que c'était un droit fondamental de la femme, puis il est revenu sur cette déclaration dans un débat qu'il a eu devant un certain nombre de ses supporters. Quelle est sa position ?" a interpellé le maire de Bordeaux.
Alain Juppé critique ouvertement le programme de son adversaire
La veille, au JT de France 2, le maire de Bordeaux avait dénoncé la vision "extrêmement traditionnaliste" de son challenger, se disant "plus proche de la parole du pape François que de la Manif pour tous". Un petit tacle à François Fillon, officiellement soutenu par les opposants au mariage homosexuel. Alain Juppé a également critiqué le programme économique "trop dur", "pas réaliste" et "excessif" de son adversaire, alors que le sien serait "ambitieux mais réaliste et crédible".
Toutefois, le maire de Bordeaux n'a "pas l'intention de faire une campagne d'affrontement personnel" face à François Fillon, qu'il retrouvera dans un débat de second tour jeudi et pour qui il a "de l'amitié et de l'estime".
François Fillon : "Alain Juppé me caricature"
Du côté de François Fillon, on reste stoïque. Invité en même temps sur TF1, l'ancien Premier ministre s'est juste contenté de cette réplique : "Alain Juppé me caricature pour remonter la pente". Visiblement, consigne a été donnée de ne pas répliquer. "La campagne de l'entre-deux-tours doit rester aussi digne qu'elle l'a été jusqu'à présent, résume son bras droit Bruno Retailleau. Il faut qu'on soit impeccables, qu'on s'interdise tout dénigrement, même si on en subit".
Le patron des sénateurs Les Républicains juge, auprès du Figaro, "désolant" que "certains", autour d'Alain Juppé, "tombent dans le piège qui consiste à emprunter la sémantique de la gauche" pour disqualifier a priori toute volonté de réforme
Les peuples ne se transforment pas aussi vite que les institutions, les réformes s'accomplissent plus rapidement sur le papier que dans la réalité.  - 
(Franz Werfel)
Published by Un Sage