Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 18:00

Paradise Papers: c’est légal mais on vous balance quand même!

par

Ingrid Riocreux

Agrégée de lettres modernes, spécialiste de grammaire, rhétorique et stylistique. Elle est actuellement chercheur associé à l'Université Paris IV. 

 

 

J’ai un ami qui travaille dans l’optimisation fiscale. C’est son boulot. Je le chambre parfois en lui rappelant qu’il a un job d’escroc. Or, comme il me répond toujours : « tu peux dire ce que tu veux, ma vieille, tout ce que je fais pour mes clients est légal ».

C’est gênant, oui.

Mais en pleine affaire des Paradise Papers, il n’est peut-être pas inutile de le souligner : le problème, précisément, le grave problème moral, le scandale donc, c’est que ces montages avantageux pratiqués par des gens extrêmement riches sont parfaitement légaux.

Au moment où j’écris ces lignes, j’entends à la radio que certaines dispositions dénoncées dans les dossiers des Paradise Papers relèvent bel et bien du tribunal. Si c’est le cas, pourquoi ne pas avoir attendu ?

Attendu de savoir quels contribuables s’étaient réellement rendus coupables de pratiques répréhensibles avant de nous livrer en pâture des noms, comme autant d’accusés sommés de « s’expliquer ». Et qui toujours, sans surprise, « ont refusé de répondre à nos questions », selon l’expression consacrée.

La Reine d’Angleterre, le réalisateur Jean-Jacques Annaud, l’homme d’affaires Bernard Arnault, le champion de Formule 1 Lewis Hamilton, le designer Philippe Stark, l’actrice Keira Knightley, le chanteur Bono, la chanteuse Shakira, sans oublier Madonna, un ami d’enfance de Trudeau, des proches de Trump, et tant qu’à faire le Prince Charles.

Tous coupables.

Or, ce qu’il faudrait pour être juste, c’est dénoncer un système, pas s’acharner sur des gens qui, pour la plupart, ont tout simplement délégué à des cabinets d’experts spécialisés dans l’optimisation fiscale, comme celui où travaille mon ami, le soin de gérer leur fortune. On ne me fera pas croire que Shakira entend quoi que ce soit à la purgation de plus-value par donation-cession.

 

En outre, lors du dévoilement des Paradise Papers, comme lors des révélations intitulées Panama Papers, je n’ai pu m’empêcher de repenser à une interview qu’a donnée le grand journaliste Pierre Péan au sujet des affaires à scandales, il y a quelques années déjà. Il disait son malaise face à la notion de « journalisme d’investigation », rappelant que les médias ne sont ni la justice ni la police. Il lui préférait l’expression « journalisme d’enquête » et rappelait que, bien souvent, les enquêtes conduisant à des révélations ciblées sur des personnes relevaient en grande partie de la « gestion de fuites ». Or, derrière une fuite se cache souvent une volonté de détruire quelqu’un.

Il est toujours dommage que les journalistes acceptent d’entrer dans le jeu de la dénonciation en place publique pour le plaisir de nuire. Mais il est vrai que cela doit être particulièrement jouissif…

À PROPOS DE L’AUTEUR

 

Published by Un Sage