Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 17:00

Le fardeau des privilèges du roi

Au royaume de la Macronie on ne se Prive de

rien

Brigitte Macron a déjà son bureau à l'Elysee et aura son statut

ET SON DIREC­TEUR DE CABI­NET

Mathieu Bonis  

Dans les star­ting-blocks pour incar­ner plei­ne­ment son rôle de Première dame, Brigitte Macron a déjà choisi son bureau à l’Ely­sée, dans l’aile Est du palais, près des jardins.

Le travail avant la détente ! Si le couple prési­den­tiel n’a pas encore emmé­nagé dans les appar­te­ments privés de l’Ely­sée, Brigitte Macron a déjà choisi l’en­droit où elle compte bien offrir au « statut » de Première dame, ses lettres de noblesse. En effet, comme l’a révélé ce dimanche Le Pari­sien, l’épouse d’Em­ma­nuel Macron a pris la déci­sion d’ins­tal­ler son bureau  au rez-de-chaus­sée de l'aile privée, commu­né­ment appe­lée « l'aile Madame », dans le Salon des Fougères ; salon qui doit son nom au motif fleuri de ses tapis­se­ries.

Une pièce qui s’ouvre sur les jardins du palais et dans laquelle François Hollande se plai­sait parfois à déjeu­ner. Un endroit qui a égale­ment  servi de lieu de travail à Céci­lia Sarkozy, Carla Bruni-Sarkozy et Valé­rie Trier­wei­ler précé­dem­ment.

Brigitte Macron, pour laquelle son mari a promis, durant sa campagne, un statut de Première dame, a égale­ment choisi son direc­teur de cabi­net. Son nom a été dévoilé par Europe 1, et il s’agit de Pierre-Olivier Costa, ancien colla­bo­ra­teur de Bertrand Dela­noë à la mairie de Paris. Appar­te­nant au premier cercle d’Em­ma­nuel Macron , il fut chef de cabi­net d’En Marche ! ,  celui que le jour­nal Libé­ra­tion défi­nit comme le « cultu­reux de la com’ » de l’équipe, s’est forgé « un profil de tech­no­crate de la culture et des médias, passé par le centre Pompi­dou, le CNC et la direc­tion de la commu­ni­ca­tion de la mairie de Paris ».

 C’est donc soutenu par ce quadra­gé­naire, juriste de forma­tion, avec cinq collaborateurs,que la Première dame devrait s’en­ga­ger en faveur des jeunes et de l’édu­ca­tion. Un rôle public qui rappe­lons-le, ne sera pas rému­néré et dont le budget consa­cré au fonc­tion­ne­ment de son équipe fera l’objet d’une totale trans­pa­rence. (environ 50.000€/mois.

***************

Le 13 février dernier, "Closer" révélait que Julie Gayet bénéficie d'une protection rapprochée... de deux fonctionnaires de l'État. Est-ce normal, alors qu'elle ne vit pas officiellement avec le président ? Et combien les premières dames coûtent-elles à la France ? Réponses...

"Closer", qui révélait en janvier 2014 la liaison entre François Hollande et Julie Gayet, est revenu le 13 février dernier sur le traitement dont bénéficie la compagne officieuse du président. La comédienne a été vue, lors d'un déplacement privé, "véhiculée par deux fonctionnaires de l'État." Et elle semble bénéficier d'une protection rapprochée. Est-ce normal, alors que l'interprète de "Quai d'Orsay" n'est pas même mariée au président Hollande... et qu'il n'existe, par ailleurs, aucun statut propre à la compagne -fut-elle officielle- d'un chef d'État ?

Très chère Bernadette...

Le fait est que, prérogatives ou pas, les épouses de président représentent un coût pour les contribuables. Et qu'à ce compte, même si celui-ci n'a pas été chiffré, Julie Gayet a de la marge pour rattraper ses devancières, alors que toutes les "premières dames" ne se comparent pas...

Certaines s'occupent en effet de fondations, d'autres pas. Ainsi Valérie Trierweiler aurait coûté, du temps de sa présence auprès de Hollande, près de 20 000 euros en frais de personnel / mois. Moins que Carla Bruni qui, elle, revenait, pour ce même poste de dépense, à 36 000 euros / mois. Mais la "palme" revient à Bernadette Chirac, épouse de président pendant 12 ans, qui avait 21 personnes affectées à son cabinet personnel, dont deux chauffeurs et quatre secrétaires, pour un coût de... 80 000 euros par mois. La folie des grandeurs ?

Probablement. Encore faudrait-il enquêter, pour faire bonne mesure, sur François Mitterrand et la "protection" de ses deux familles, l'officielle et celle qui était cachée. Mais c'est une autre histoire...

"L'enfer est pavé de bonnes intentions"

 

 

 

 

Published by Un Sage