Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 16:14

Le parisien

Lycée Henri IV
Une fête sauvage et illégale s'est tenue ce week-end dans l’enceinte du prestigieux lycée Henri-IV au cœur du quartier latin.

Valérie Pécresse n’est pas contente ! La présidente (LR) de la Région, propriétaire des murs des lycées d’Ile-de-France, vient de porter plainte, dans les pas du proviseur du lycée, contre « X ». Dans le collimateur, le jeune qui a organisé ce week-end une fête sauvage dans l’enceinte du prestigieux lycée Henri-IV, fermé et vide pour l’été.

Dans la nuit de samedi à dimanche, cet ancien élève, âgé de 20 ans, a invité sa vingtaine de copains, la plupart des anciens d’ « H4 », pour une soirée « bruyante et très alcoolisée », selon un témoin, dans un des appartements de fonction de l’établissement.

D’après les déclarations faites aux policiers, le jeune se serait fait prêter l’appartement de l’intendante comptable du lycée pour un mois. Cette dernière, en vacances, lui aurait demandé en échange de nourrir ses lapins...
« Une grille facile à sauter »

Sauf que la soirée a dégénéré… Des extincteurs ont été vidés, des produits chimiques déversés dans la salle de chimie, des tubes à essai brisés. La porte du secrétariat a été défoncée et une unité centrale d’ordinateur a été volé ainsi que d’autres objets.
L’enquête pour vol et dégradations a été confiée au commissariat du Ve, rue de la Montagne Sainte-Geneviève (Ve). « Les mômes ont été entendus », précise un haut fonctionnaire à la préfecture de police. Le dimanche matin, une alarme incendie s’est déclenchée. Et les vestiges de la petite « fête » ont été découverts par un des responsables de l’établissement.
Devant l’état du labo, l’odeur et la fumée qui émanait d’un seau, les pompiers ont été appelés pour une « levée de doute à caractère radiologique, biologique et chimique ». L’opération aura duré deux heures et mobilisé dix-huit spécialistes de la BSPP (Brigade de sapeurs-pompiers de Paris) avec le VRCH (véhicule radiologique chimique). Le lycée a du également faire appel à une entreprise spécialisée pour l’évacuation des déchets chimiques.
Quant aux policiers, ils ont eux « cueilli » le reste des fêtards, qui terminaient leur nuit chez la comptable au milieu « de nombreuses bouteilles d’alcool ». Les huit jeunes présents, filles et garçons, ont reconnu avoir fait la fête à vingt mais « ont nié, précise une source proche du dossier, être les auteurs des vols et des dégradations ». Les policiers ont pris des photos, récupéré les images de la vidéosurveillance et procédé à des relevés d’empreintes sur les extincteurs et dans les endroits « visités ».


Ce n’est pas la première fois que des intrus s’octroient des soirées sauvages dans l’enceinte du prestigieux lycée qui s’étale derrière le Panthéon. « Derrière le lycée, il y a une grille facile à sauter, se souvient Roger Legantu*, ancien élève de « H4 » . Mes potes y passaient souvent, amenaient de l’alcool et allaient voir les filles dans l’internat ». Si cela restait illégal, « c’était bon enfant, insiste l’ancien élève. Il n’y avait ni vol ni dégradation ».
Pour Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, « les actes (NDLR : du week-end dernier) sont inacceptables et doivent être dénoncés et sanctionnés sévèrement ». Quant au rectorat, il « suit l’enquête et attend ses conclusions ».

* Le nom a été modifié

 

 

 

 

Published by Un Sage