Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 17:30

François Fillon dépose une plainte visant "Le Canard"

François Fillon a récemment déposé une plainte contre le journal d'investigation à l'origine des soupçons d'emplois fictifs. La justice a ouvert une enquête.
(Source AF)

La polémique avait marqué le début de la campagne. De révélation en révélation, le Canard enchaîné semait périodiquement ses informations sur des soupçons d'emplois fictifs présumés de l'entourage de François Fillon. L'ancien chef du gouvernement, finalement arrivé 3e au soir du 23 avril (20 % des voix) derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen, était même mis en examen en mars. S'il est difficile de connaître les conséquences exactes de ces « affaires » sur les résultats du premier tour, elles n'ont en tout cas pas bénéficié au candidat LR. François Fillon a déposé une plainte récemment, visant le Canard enchaîné. Interrogé sur le dépôt de cette plainte annoncé en une de l'hebdomadaire satirique dans son édition à paraître mercredi, l'entourage de l'ancien Premier ministre a confirmé cette information.

Le parquet de Paris a dans la foulée ouvert une enquête. Cette plainte est fondée sur l'article L97 du Code électoral, qui réprime la propagation « de fausses nouvelles, bruits calomnieux ou autres manœuvres frauduleuses », ayant pour effet de détourner « des suffrages ». Intitulé « L'enquête sur Penelope s'approche de son berceau... », l'article décrivait les soupçons des enquêteurs sur le fait que le premier emploi à l'Assemblée nationale de l'épouse du candidat malheureux de la droite à la présidentielle remontait à 1982.

« Bruits calomnieux »

Le Canard enchaîné avait notamment révélé fin janvier que Penelope Fillon avait été rémunérée pendant plusieurs années comme attachée parlementaire auprès de son mari ou de son suppléant. La justice soupçonne qu'il s'agit d'emplois fictifs et le couple a été mis en examen en mars, notamment pour « détournement de fonds publics ».

Pendant la campagne d'avant premier tour, François Fillon, finalement arrivé 3e au soir du 23 avril (20 % des voix) derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen, avait dénoncé un « complot » politique. Il avait aussi affirmé que les fuites dans la presse étaient l'œuvre d'un « cabinet noir » autour de François Hollande, des accusations réfutées par le chef de l'État. Dans son édition de mercredi, l'hebdomadaire indique que l'un de ses rédacteurs en chef et un de ses journalistes seront entendus par la police, le 11 mai, dans le cadre de cette plainte.

 

Published by Un Sage