Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 18:02

Un délit de favoritisme
Moi pas au courant!!

Le Canard Enchaîné fait cette semaine des révélations sur une affaire qui remonte au mandat de ministre d’Emmanuel Macron. En cause : des soupçons de favoritisme autour d’un de ses déplacements aux Etats-Unis.

Emmanuel Macron fait semaine l’objet de révélations dans Le Canard Enchaîné. Dans son dernier numéro sorti ce mercredi, le journal satirique rapporte en effet que l’Inspection générale des finances (IGF) a mené une enquête sur un déplacement de l’ex-ministre de l’Economie aux Etats-Unis, en janvier 2016. L’Inspection soupçonnerait en effet qu’il y ait eu du favoritisme concernant le choix de l’organisateur de ce voyage à Las Vegas.

A cette époque, Emmanuel Macron s’était rendu aux Etats-Unis pour participer au Consumer Electronics Show, la grand-messe mondiale de l’innovation technologique, où il avait rencontré des dirigeants français de start-up. L’ancien patron de Bercy y avait même été ovationné par plus de 500 d’entre eux lors d’une soirée. Une "opération de séduction montée dans l’urgence, écrit Le Canard Enchaîné, à la demande du cabinet du ministre et confiée au géant Havas par Business France (l’organisme de promotion de la French Tech dépendant de Bercy) sans qu’aucun appel d’offres ait été lancé". Et le journal d’ajouter que, selon l’IGF, "la commande de la prestation Havas est susceptible de relever du délit de favoritisme". Coût estimée de la soirée : "381 759 euros, dont 100 000 euros rien que pour l’hôtel, où la moindre chambre était facturée plus de 300 euros la nuit".

Aussi, et toujours d’après l’hebdomadaire satirique qui reprend les conclusions de l’IGF, Business France ou certains de ses salariés "pourraient être incriminés pour favoritisme", tandis qu’Havas ou ses dirigeants pourraient l’être pour "complicité ou recel".

"Mon ministère, lorsque j'étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics"

De son côté, Emmanuel Macron a réagi dès mardi soir en marge d’un déplacement dans les Yvelines. "Je n'ai pas pris connaissance de cela, mais je ne pense pas que ce soit mon ministère qui ait organisé un événement sans appel d'offres, s'est défendu le candidat à la présidentielle. Je pense que ça peut être des agents de l'Etat ou en tout cas des entités publiques, mais je demande à vérifier les faits". L’ancien membre du gouvernement a également insisté sur le fait que "(s)on ministère, lorsque (il était) ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics".

Seuls 45% des électeurs d'Emmanuel Macron sont sûrs de leurs choix

************************

Les violentes attaques du patron des députés LR à l'Assemblée n'ont pas été du goût de l'équipe Macron. Qui a décidé de poursuivre l'élu en justice.

Selon nos informations, le mouvement d'Emmanuel Macron, En Marche!, va porter plainte pour diffamation contre le chef de file des députés LR Christian Jacob, après ses propos, tenus ce mercredi matin, ciblant le jeune candidat. C'est l'avocat Claude Serra, qui a été chargé de rédiger la plainte.

Interrogé par France Info, Christian Jacob a réclamé «que le PNF (parquet national financier) se saisisse rapidement» du dossier d'un déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas en 2016, qui fait l'objet de soupçons de favoritisme, selon Le Canard enchaîné. «Ca va être intéressant de voir si Mme Houlette (procureur financier, ndlr) se précipite pour se saisir de cette affaire ou pas», a ajouté l'élu LR. Dans ce dossier, l'inspection générale des finances pointe le coût exorbitant d'une prestation événementielle confiée par Business France (organisme de promotion de la French tech, qui dépend de Bercy), en janvier 2016, à la société Havas.

 

Choisir sa pub

 

Published by Un Sage